Prendre RDV
en ligne

Blog

La greffe automatisée : quelle place pour le robot dans l’implantation capillaire ?

Depuis maintenant quelques décennies, les robots envahissent notre quotidien. Ils s’invitent dans bon nombre de secteurs d’activité, à commencer par la médecine. La greffe capillaire n’échappe donc pas à la tendance. Certaines opérations sont pratiquées de manière automatisée. Alors, en quoi consiste ce nouveau protocole clinique intégrant l’utilisation d’un robot dans l’implantation capillaire ? Quels sont les avantages et les inconvénients d’une greffe automatisée ? La machine pourra-t-elle un jour remplacer l’homme ?

La greffe automatisée : comment est pratiquée l’intervention ?

La greffe capillaire automatisée, comme son nom l’indique, consiste à prélever ou implanter des follicules pileux à l’aide d’un robot. Plusieurs types de machines sont aujourd’hui utilisés par les chirurgiens et chacune d’elles a sa propre fonction :

  • Safer® et NeoGraft® (invention française), permettent d’extraire les follicules capillaires à l’aide d’un punch automatisé. Ce petit foret, doté d’une tête rotative, est également muni d’un aspirateur. Son fonctionnement est totalement programmé à l’avance, ce qui permet de faire varier sa vitesse de rotation et sa puissance d’aspiration. La machine extrait les cheveux donneurs et les réceptionne dans une chambre de stockage en attendant qu’ils soient réimplantés.
  • Artas® (invention américaine) est un autre robot doté d’une caméra qui permet d’analyser et de cartographier les différents cheveux afin de les prélever dans le cuir chevelu. Son système analyse à la fois l’orientation, l’angle, la profondeur et la densité des cheveux.

Quels sont les avantages de la greffe automatisée

La greffe capillaire automatisée permet en théorie de réduire la durée de l’opération ainsi que ses coûts. Contrairement aux idées reçues, la greffe automatisée ne permet pas de remplacer l’expertise irremplaçable du chirurgien.

Quelles sont les limites de ce procédé ?

La greffe automatisée possède toutefois quelques limites :

  • Ce procédé d’extraction a tendance à laisser plus de cicatrises sur la zone donneuse, tout en favorisant les transsections. En effet, l’angle de pénétration de la main rotative de la machine prend en compte l’axe du cheveu sortant du cuir chevelu. Or, l’axe du follicule sous-cutané n’est pas toujours le même… Par ailleurs, les punchs d’extraction du robot Artas® possèdent généralement un diamètre plus large que lorsque la greffe est effectuée manuellement.
  • L’aspiration entraîne aussi un assèchement des greffons, ce qui nuit à leur survie ainsi qu’à leur taux de repousse.
  • Lorsque les incisions sont réalisées à la machine, elles ne sont pas idéales pour contrôler la direction de repousse des cheveux, ainsi que leur angle par rapport au cuir chevelu. Une greffe automatisée implante généralement les cheveux avec un angle compris entre 80 et 90°. Or, naturellement, l’angle se situe plutôt entre 10 et 45°.
  • Le logiciel Artas® rencontre également certaines limites car il ne scanne que la partie extérieure du cuir chevelu. Il peut donc difficilement anticiper l’orientation réelle des follicules sous la peau.
  • Enfin, le robot a beaucoup plus de mal à prélever les follicules pileux en périphérie du crâne. Généralement, la technique robotisée est donc complétée par la main de l’homme.

Si les machines peuvent parfois être d’excellents compléments à l’expertise d’un praticien, elles ne remplacent en rien la dextérité humaine et l’expérience d’un chirurgien. La greffe capillaire est une intervention qui nécessite de la minutie et de la rigueur. Outre les aspects purement médicaux, elle repose aussi sur un certain sens esthétique et artistique, résultant avant tout d’une analyse humaine irremplaçable.

Notons aussi que, lors d’une intervention, l’aspect psychologique a un impact très important. Le patient ressent souvent le besoin d’échanger avec le praticien. L’aspect humain est donc primordial. Or, là encore, le contact et l’échange sont des éléments qui ne peuvent pas être délégués à une machine. Malheureusement, le robot peut apparaître comme un moyen de promotion marketing par certaines cliniques peu expérimentées dans les greffes de cheveux faisant croire que les résultats seront meilleurs. Or, il n’en est rien. Il vaut encore mieux une belle greffe réalisée par une équipe médicale expérimentée plutôt qu’une mauvaise greffe réalisée par un robot.

Poser votre question