Prendre RDV
en ligne

Blog

Êtes-vous éligible à une greffe de cheveux ?

Êtes-vous éligible à une greffe de cheveux ?

L’alopécie, terme médical pour désigner la perte de cheveux, peut débuter de façon précoce chez certains individus, ce qui peut être mal vécu par la personne concernée. Dans ce cas, la greffe capillaire peut être un recours pour retrouver une chevelure plus dense. Mais ce procédé est-il réellement efficace chez tout le monde ? Êtes-vous un bon candidat ou une bonne candidate pour une implantation capillaire ?

La greffe capillaire : comment ça marche ?

Avant même de savoir si vous êtes le candidat idéal pour réaliser une greffe capillaire, rappelons rapidement en quoi consiste l’intervention.

L’implantation capillaire est réalisée sous anesthésie locale et consiste à prélever des cheveux dans une zone donneuse (soit en prélevant une bandelette horizontale, soit par extraction des follicules un à un) pour les réimplanter dans la zone dégarnie. La durée de l’opération dépend du nombre de bulbes à réimplanter ainsi que de la méthode utilisée. Pour faire simple, il s’agit d’une intervention chirurgicale qui déplace les cheveux sur le cuir chevelu pour donner plus d’homogénéité et de densité à votre chevelure.

Voir notre article sur les 10 idées reçues sur la calvitie.

Quel candidat pour une bonne greffe capillaire ?

Aujourd’hui, l’implantation capillaire s’est grandement démocratisée et s’est considérablement améliorée. Les résultats obtenus sont très proches d’une chevelure naturelle. Toutefois, cette chirurgie requiert une phase préparatoire durant laquelle le chirurgien établit un diagnostic. En effet, la greffe n’a pas les mêmes chances de réussite d’un patient à un autre. Qui plus est, l’opération doit constamment être adaptée au type de chevelure du patient. Une étude approfondie et préliminaire est donc indispensable. Plusieurs critères sont alors pris en compte pour savoir si vous êtes un candidat idéal.

L’âge du candidat

Il ne faut pas entreprendre une greffe de cheveux trop tôt, car bien souvent la chute de cheveux n’est pas stabilisée et peut encore se poursuivre. C’est dire la grande importance d’être bien examiné par un médecin spécialiste qui saura apprécier le potentiel de la zone donneuse ainsi que la possibilité de réaliser plusieurs opérations dans le temps.

Le stade de l’alopécie

La première chose analysée par le praticien est le stade où en est votre chute de cheveux. Pour cela, il utilise une unité de mesure nommée échelle de Norwood Hamilton. Cette dernière classifie les différents stades de l’alopécie en 7 étapes différentes, la première étant une perte légère des cheveux et la septième étape correspondant à une calvitie presque totale. Pour réaliser une greffe capillaire, il est impératif de correspondre au moins au stade 2 de cette échelle. Par ailleurs, il est préférable que la chute de cheveux se soit stabilisée. En effet, la greffe capillaire n’arrête pas la perte de cheveux. Elle ne fait que combler les zones déjà dégarnies. Si la chute capillaire n’est pas encore stabilisée, il faudra prévoir éventuellement plusieurs opérations.

La nature des cheveux

La nature des cheveux est un élément crucial dans la réussite d’une greffe. En effet, une implantation capillaire ne s’effectue pas de la même façon sur une chevelure lisse que sur une chevelure bouclée ou ondulée. Par exemple les cheveux afros demandent une technique particulière et l’opération est généralement plus longue. En revanche, lorsque les cheveux sont légèrement bouclés, et même si l’intervention est légèrement plus compliquée, les résultats sont souvent plus probants. Les chevelures bouclées prennent plus de volume et dissimulent plus efficacement les zones dégarnies. L’impression de densité est donc plus importante après la greffe.

La qualité des cheveux au niveau de la couronne

Comme la greffe est une redistribution de cheveux depuis la couronne vers les zones dégarnies, il est donc primordial que la qualité et la quantité de cheveux soit suffisantes à l’arrière de la tête pour obtenir un bon résultat sur les zones greffées.

Outre ces éléments, le patient a également un rôle très important dans la réussite de sa greffe. Pour cela, il doit absolument suivre les conseils de l’équipe médicale après l’intervention, notamment dans les deux semaines suivant l’implantation. Sachez aussi que les résultats complets de la greffe ne commencent à apparaître qu’à partir de 6 mois, et ne deviennent définitifs qu’après une période de 12 à 18 mois.

Poser votre question