Prendre RDV
en ligne

Blog

Reprise de cicatrices après une greffe FUT

Comment dissimuler une cicatrice après une greffe capillaire par la technique FUT ?

La technique de greffe capillaire FUT, également appelée « technique de la bandelette », est fréquemment employée pour dissimuler une calvitie. Elle permet d’obtenir une excellente densité et des milliers de greffons de très bonne qualité en une seule opération. Son inconvénient ? Cette intervention laisse une cicatrice à l’arrière du crâne qui risquerait d’être visible un jour si l’on souhaite se raser le crâne. Sachez néanmoins qu’il existe désormais plusieurs façons de dissimuler cette cicatrice. Voici donc quelques solutions qui s’offrent à vous…

Pourquoi la méthode FUT engendre-t-elle une cicatrice parfois visible ?

Pour mieux comprendre d’où provient la cicatrice liée à une greffe FUT, il convient de savoir comment se déroule cette opération.

Tout commence par le prélèvement d’une bandelette de peau à l’arrière du crâne, sur la zone donneuse, c’est-à-dire non dégarnie. Le praticien découpe une bande horizontale dans le cuir chevelu, d’environ 1 cm de largeur, et dont la longueur est variable. Ensuite, la zone est refermée par des points de suture à l’aide d’un fil résorbable (qui ne nécessite pas d’être retiré). La cicatrice est immédiatement invisible à condition d’avoir une longueur de cheveux de plus de 5 mm environ. La dextérité et l’expérience du praticien, la meilleure technique employée de fermeture (par technique trichophytique) mais aussi la souplesse de la peau du patient et sa faculté de cicatrisation ont une incidence directe sur l’apparence future de la cicatrice.

Voilà pourquoi, après une greffe FUT, certaines personnes peuvent avoir une cicatrice plus ou moins visible à l’arrière du crâne uniquement lorsque les cheveux sont coupés ou rasés très court  à moins de 5 mm.

Cicatrice invisible après 6 mois

Différentes solutions pour dissimuler une cicatrice après une greffe capillaire

Pour que la transplantation capillaire soit totalement invisible, et que le résultat obtenu soit parfaitement naturel sur l’intégralité du crâne, il existe différentes méthodes pour dissimuler une cicatrice post greffe.

Corriger l’ancienne cicatrice par une suture trichophytique

Pour corriger une ancienne cicatrice inesthétique, il peut être possible de la reprendre en retirant juste la partie blanche visible de la cicatrice par une incision ultra précise qui sera immédiatement refermée de façon invisible à l’aide d’un fil de suture résorbable très fin selon la technique trichophytique permettant aux cheveux de repousser dans la nouvelle cicatrice.

Avoir recours à une greffe FUE

Pour corriger une cicatrice, liée à une greffe FUT ou de tout autre origine, il est possible d’avoir recours à une greffe capillaire par la méthode de prélèvement FUE. En effet, cette dernière ne laisse que très peu de marques, invisibles à l’œil nu, lors de la transplantation. Cependant, elle ne permet pas d’implanter une quantité aussi importante de greffons que la technique de la bandelette, ce qui n’est ici pas dommageable puisque la zone à couvrir est extrêmement fine.

Cette méthode consiste à prélever manuellement à l’arrière de la tête, les follicules pileux, de manière individuelle, grâce à un petit appareil précis de forage cutané ou micro-punch. Ce procédé offre une très grande précision et les lésions du cuir chevelu sont beaucoup plus fines qu’avec une technique FUT. Ensuite, les greffons sont implantés sur la cicatrice. Ils permettent d’obtenir une repousse très naturelle dans la cicatrice, sans abîmer les autres cheveux. Seules de petites croûtes apparaissent pendant une dizaine de jours, jusqu’à la dissimulation complète de la cicatrice.

Créer une illusion d’optique grâce à la SMP OU dermopigmentation

Toutefois, si vous ne souhaitez pas avoir recours à une nouvelle greffe, il est aussi possible de dissimuler une cicatrice grâce au procédé de dermopigmentation, également appelé technique de scalp micropigmentation ou (SMP). Pour faire simple, il s’agit en quelque sorte d’un tatouage du cuir chevelu qui imite la présence de cheveux rasés sur le crâne. L’idée est ici de simuler la présence de cheveux en dessinant de nombreux petits points sur la zone dégarnie.

La dermopigmentation est réalisée sous anesthésie locale et s’apparente à un tatouage traditionnel, à une exception près : le pigment coloré est déposé dans la couche superficielle du derme. Le tatouage traditionnel, quant à lui, injecte des pigments en profondeur. En réalité, le fait de rester à un niveau superficiel de la peau évite à l’encre médicale de s’étendre et de s’élargir. Voilà pourquoi, même avec le temps, la dermopigmentation reste très naturelle. Ce trompe-l’œil peut parfois légèrement s’estomper avec les années, et plus ou moins rapidement en fonction des produits utilisés par le patient sur son cuir chevelu et de ses habitudes de vie. Il peut donc nécessiter certaines retouches. Outre ce petit inconvénient, la dermopigmentation est un excellent moyen de camoufler une cicatrice de façon peu invasive, et pouvant être réalisé à peine six mois après une greffe de cheveux.

Si vous redoutiez de réaliser une implantation capillaire à cause des éventuelles cicatrices, vous savez désormais que des solutions sont envisageables pour cacher ou corriger une cicatrice ancienne. Par ailleurs, les greffes FUT sont de plus en plus perfectionnées et les cicatrices engendrées sont généralement très fines, et presque invisibles lorsque les cheveux repoussent de quelques millimètres à peine. Voilà donc de bonne raison d’oser sauter le pas !

 

Poser votre question